A l'attaque

Aller en bas

A l'attaque

Message  kerpen le Sam 15 Mai - 21:47

Sujet au combien important et au combien qui fâche. En effet un assaut est toujours source d'ennuis, entre ceux qui ont la pétoche d'aller en premier et la trouille de se faire outer sans avoir vu la bataille, ceux qui sont pas d'accord sur la tactique mais qui proposent rien, ceux qui écoutent pas les instructions et qui se font décapiter par la mitrailleuse malgré les chaudes recommandations, etc. Bref, quand faut y aller, on trouve toujours des grandes gueules, rarement des courageux. Et pourtant, dans une partie y'en faut au moins un qui attaque sans cela les équipes se regardent de loin et font bronzette...

Nous verrons dans ce post la manière la plus générale d'attaquer, la manière la plus basique et pourtant jamais appliquée, les airsofteurs préférant le plus souvent attaquer sans coordination et sans liaison, tactique qui correspond plus à de la recherche d'adversaire et à des duels isolés. Ne niez pas, ça se passe comme ça...

En fait un assaut se déroule en plusieurs temps :
1. Trouver des cibles... Le choix est trés important car c'est du succès rencontré contre la première cible qu'évoluera la bataille, en effet un assaut repoussé ou qui dure permet à l'adversaire de manoeuvrer contre vous, en revanche un assaut rapide et avec succès va surprendre l'adversaire et le désorganiser. Pour choisir ses cible, envoyez votre reco en avant, il transmettra au groupe la position des cibles, nombre, capacité défensive, proximité des renforts.
2. Le chef décide quoi faire. Attaquer par un côté ou par l'autre, de dos ou de face si le terrain le permet. La tactique choisie, les assauts se positionnent et évoluent vers l'adversaire.
3. Le soutien se positionne, son rôle est de couvrir la progression des assauts, il utiise une réplique longue portée, son but n'est pas d'outer mais de scotcher l'adversaire et l'empêcher de sortir la tête.
4. Les assauts ont évolué furtivement vers leur cible, ordre est d'attaquer: le soutien commence à arroser la zone où se trouve les cibles, celles ci se défendent, répliquent, le soutien doit les scotcher sur place et avec des tirs assez précis les gêner dans leur mouvement. Les assauts passent à l'attaque en second, une fois l'attention des cible prise par le soutien. Les assauts agissent comme un rouleau compresseur, leur but est de faire vite, pas propre, et de créer un effet de panique qui manquera pas de désorganiser l'adversaire. Pour cela, ils utilisent tous les moyens appropriés : grenade, lance grenade, AEG avec chargeur tambour pour tirer sans molleter et pour l'effet visuel redoutable sur le moral. Le boulot des assauts est de faire du nettoyage : en somme pas le temps de viser, une course sans arrêts, des grosses rafales qui feront peur (exactement comme l'assaut du camp japonais dans le film La ligne rouge). Objectif : détruire l'adversaire, le désorganiser, le démoraliser, le briser. Le soutien servira de lapin au départ, histoire d'attirer l'attention de l'adversaire, de l'immobiliser pour que les assauts puissent attaquer de flanc ou de dos et si la portée le permet arroser les renforts qui accoureront désorganisés pour contenir les assaillants.



Le groupe d'assaut se dirigera vers le groupe contenant le plus d'adversaires, ainsi il sera plus profitable d'outer 2 ou 3 joueurs d'un coup que de réitérer l'opération 2 ou 3 fois pour attaquer chaque cible individuellement, avec les risques de pertes que cela comportent. Mais en revanche le travail du soutient sera plus difficile si il faut contenir plusieurs adversaires, mais empêchera l'adversaire d'acheminer des renforts ou de contre attaquer le reco le soutien et le chef. Pour ce faire il est important comme il a été dit d'attaquer à la greande et à la rafale avec une grosse capacité de tir et d'emport de munitions, d'où les chargeurs Hi Cap et si possible avec un remontoir qui permet de remonter les billes sans avoir à molleter tous les 30 coups ou moins.

Le reco quant à lui continuera de donner des infos sur les positions adverses, sur les renforts qui arrivent, sur les points défensifs où l'adversaire se retranche pour contenir l'assaut.
L'effet de panique est un facteur important d'un assaut réussi. Ainsi les joueurs adverses chercheront une position qu'ils estiment protégée et pas forcément mieux défensive. De plus, la panique outre le fait d'abolir chez eux leur raisonnement, ils chercheront à se regrouper selon l'instinct grégaire humain, ce qui permettra à une rafale bien tirée d'en sortir plusieurs ou bien de dévoiler les positions adverses. Néanmoins un joueur paniqué ne cherchera pas à se défendre mais à s'éloigner le plus loin possible pour retrouver ses sens et son moral. D'où la nécessité de la poursuite, que nous verrons dans un autre post.

_________________
Certains disent : "La violence ne résout rien"
Chuck Norris leur répond "C'est que t'as pas tapé assez fort"
avatar
kerpen
Trésorier
Trésorier

Messages : 212
Date d'inscription : 10/02/2010
Age : 33
Localisation : Fameck

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Infanterie lourde et légère

Message  kerpen le Mar 14 Déc - 4:34

Souvent nous pouvons voir sur le terrain des joueurs avec un équipement inadapté à leur tactique. Nous allons donc faire le point sur l'infanterie lourde et la légère ainsi que leur équipement respectif et leur rôle.

L'infanterie lourde forme la ligne principale de bataille. Son rôle est certes combattant, mais pas seulement. Son objectif se résume ainsi: faciliter la progression des troupes d'assaut (l'infanterie légère). Pour cela, l'infanterie lourde s'équipe en conséquence, et le matériel ainsi transporté par ceux ci ne le seront pas pour les assauts.
Exemples de matériel emporté :
- corde, pour faciliter la montée de pentes abruptes ou glissantes
- réserve de billes des assauts
- réserve d'eau et nourriture
- matériel divers (pour réparation, bouteille de gaz, fumigène).

L'infanterie lourde se présente la première face à l'adversaire et engage le combat. Elle ne tente pas de sortir le maximum de joueurs mais de les immobiliser et si possible les obliger à vider le plus de chargeurs possible. Elle prépare le terrain pour les assauts, ainsi elle évalue les faiblesses du dispositif adverse et place des joueurs en fonction de l'endroit où l'attaque secondaire va se produire. Elle tente également d'intoxiquer le commandement adverse par des manoeuvres de diversion.
Pendant ce temps là, les troupes légères (les assauts), prennent place sur leur position de départ. Ils vont devoir se rapprocher au plus près de l'adversaire pour enfoncer dans un seul élan son dispositif défensif. Pour cela, elle doit compter sur l'aide des lourds. Suffisamment près, elle lance l'assaut, les joueurs déferlent et nettoient le plus rapidemment les positions adverses tandis qu'une partie de l'infanterie lourdes viennent les occuper pour préparer la contre attaque qui ne va pas tarder de se produire (à moins de briser l'adversaire et de lancer la poursuite).
Pour nettoyer une position, il y a 1 facteur à prendre en considération et dont dépend le succès de l'assaut: la surprise. De la surprise naît la désorganisation. Qui dit désorganisation dit aussi vitesse, car le temps perdu à nettoyer permet à l'adversaire de se réorganiser et se préparer à vous repousser. Donc pensez Surprise/Vitesse/Désorganisation (SVD). Les outils d'un bon nettoyage sont les répliques courtes, qui peuvent être employées n'importe où (aussi bien en batiment en milieu extérieur), légères, car le poids gêne la vitesse, et bien approvisionnées. Une réplique avec un chargeur 5 coups est absolument inutile voire dangereuse.
Un aspect à prendre ne compte est aussi la psychologie. Pour désorganiser un adversaire, le stress est aussi une arme. Pour cela, rien ne mieux qu'un chargeur tambour, un lance grenade court (pour économiser du poids), une cadence quelque peu élevée (Li-Po est un bon choix), une lampe torche au bout du canon qui aveuglera l'adversaire en batiment, pousser des cris de sauvages est également un bon moyen.
Le nettoyage terminée, l'infanterie lourde doit se positionner sur les positions conquises et se préparer à subir l'assaut de l'adversaire. Elle retourne les ouvrages contre leurs anciens propriétaires et distribuent eau, chargeurs pleins et grenades aux assauts qui se positionnent en seconde ligne, prêts à repartir à l'attaque ou bien à servir de renforts en fonction des besoins. Exemple de répliques utilisable par l'infanterie lourde:

Précise car dotée d'un canon long, elle permet d'engager l'adversaire d'assez loin et donc d'avoir un plus grand choix de terrains pour l'engager (un No Man's Land de 40 mètres est possible, permettant de laisser un terrain plus propice aux assauts). Une Red Dot permet d'avoir une visée facilitée et d'observer l'adversaire. Le lance grenade, outre son aspect psychologique, peut servir à des tirs défensifs en cas d'assauts.

Dans ce schéma, l'adversaire (carré noir) s'est positionné dans une tranchée. Sur sa droite, un bosquet permet de s'approcher de la tranchée et un ouvrage a été construit, en l'occurence un bunker défendu par plusieurs individus. L'infanterie lourde, forte de sa capacité de tirs longue distance, va engager le combat tout à fait à l'opposé, donnant l'illusion de vouloir éviter à tout prix le bunker et de le prendre une fois la tranchée conquise pour s'y abriter. Tir précis et tentative de se rapprocher font diversion, et obligent les adversaires à vider chargeurs et baisser la tête. Pendant ce temps, l'infanterie légère a gagné discrètement ses positions sur la gauche et se rapproche du bunker. A un moment donné, l'infanterie lourde va créer un brouillard à partir de fumigènes et se rapprocher de la tranchée pour simuler un assaut et faire diversion. A ce moment là, l'infanterie légère se ruera sur le bunker pour le nettoyer à la grenade, puis nettoyer la tranchée tandis que les adversaires seront gênés par l'infanterie lourde.

L'infanterie légère forme les troupes d'assaut. Son rôle est de provoquer une percée dans la ligne de défense adverse. Elle s'équipe de façon légère pour être plus rapide et plus mobile. AEG court et grenade font partie de la panoplie. Elle se doit être la plus mobile possible car le cas échéant elle doit servir de renforts pour compléter les trous de l'infanterie lourde. Les répliques qu'elle emploie ressemble à ceci :

Léger, avec une poignée RIS pour un meilleur confort, le carry handle de retiré pour alléger son poids, un canon plus court pour le manipuler avec plus d'aisance. Il est possible d'y rajouter un lance-grenade court.
avatar
kerpen
Trésorier
Trésorier

Messages : 212
Date d'inscription : 10/02/2010
Age : 33
Localisation : Fameck

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum